Rechercher

Merci maman, merci papa.

Mis à jour : 9 mai 2019


Merci maman, merci papa.

Je suis une fille d'immigrée et tellement fière de l'être aujourd'hui !

J'ai 26 ans à ce jour et je prends pleinement conscience de ce qu'ont été vos vies avant moi, pour moi.


Merci maman, merci papa.

Merci d'avoir quitté vos pères, mères et familles respectives pour arriver dans un pays qui vous était totalement étranger dans le but de vivre dans de meilleures conditions. Moi qui ai vécu avec vous pratiquement toute ma vie, je ne m'imagine même pas faire ça. À dire vrai, j'ai même dépassé l'âge où vous avez sauté le pas.

Merci d'avoir fait les efforts nécessaires pour vous intégrer et vous adaptez à la langue, à la culture, et à l'histoire de ce pays.

Merci d'avoir pris vos forces et votre courage en travaillant très durs pour vous faire une place au sein de la société de ce pays. Devenir des citoyens modèles sur tous les points pour que l'on n'ait rien à vous reprocher.

Merci beaucoup de m'avoir inculqué, malgré tout, vos valeurs, vos convictions, votre éducation, vos principes et votre histoire. Je les embrasse pleinement. Elles font également partie de la personne que je suis aujourd'hui.

Merci d'être resté fort et stoïque en essuyant toutes sortes de racisme, préjugés et discrimination dès que vous êtes arrivés. Ça n'a pas dû être facile. Mais vous aviez un objectif et rien n'aurait pu vous arrêter. Vous avez tenu bon.

Merci d'avoir exercé les métiers de l'ombre. Les métiers que l'on ne voit pas mais qui sont tout aussi indispensables que les postes hauts gradés qui jouent dans le bon fonctionnement d'une société.

Maman tu étais femme de ménage et papa tu étais maçon. Quand j'étais petite, à l'école j'avais honte de le dire. Aujourd'hui je serai allé vous aider pour finir plus tôt les journées.

Merci de nous avoir protégé et mis à l'abri du besoin matériel et alimentaire. Vous nous avez offerts tous le confort dont nous avions besoin, même plus.

Merci d'avoir caché vos peines et souffrances pour faire bonne figure devant nous. Vous aviez une vie avant nous. Que vos familles et amis respectifs vous manquent c'est normal. Apprendre leurs décès ou maladie de loin sans rien pouvoir y faire n'était pas facile. Et pourtant, vous avez tenu bon. Loin des yeux mais près du cœur.

Merci de tous vos sacrifices pour nous. Nous ? La génération des enfants d'immigrés en France entre 1980 et 1990. Quant à notre génération, les enfants d'immigrés. Que sommes-nous supposer être aujourd'hui ?

Des adultes conscients et reconnaissants. Des adultes conscients d'être doté d'une double culture, qui est une richesse. Des adultes désireux de toujours apprendre plus, voire plus, découvrir plus pour accomplir plus. Accomplir ce que nos parents n'ont pas eu l'opportunité de faire. Réussir dans tous les domaines de nos vies pour nous et pour eux. Des adultes, donc des parents qui transmettront ce que nos parents nous ont transmis. Leur culture ne doit pas s'oublier au profit de la modernité et des tendances actuelles. Des adultes sains de corps et d'esprit afin d'apporter nos propres pierre à l'édifice dans ce monde.

Bref, maman, papa,

À moi maintenant d'honorer votre dévouement par amour pour moi, à travers ce que je suis, ce que je vais accomplir et l'éducation que je donnerai à mes enfants. Merci.

Les vrais héros de l'ombre sont nos parents. Le seul et unique super pouvoir qu'il leur a permis d'être si fort, c'est l'amour.


Marie-ange C.




Globert Wilson A.

[En somme, trois choses demeurent: la foi, espérance et amour

mais la plus grande d’entre elles, c'est l'amour] 1 Corinthien 13:13




0 vue

SUIVEZ-NOUS

  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • Pinterest

© 2020 Hashley Auguste. Tous droits réservés